Avertir le modérateur

21/02/2013

232km au menu

photoOOO.jpg

37,2 bornes + 30,7+38+75,7+42,2+7,7. Inversez les étapes dans tous les sens, le total fera toujours 231,5km. Au moins, on sait à quelle sauce on sera mangés cette année. Pour ma part, l'idée de commencer par 37,2km ne m'enchante guère. Oui, je comptais démarrer tranquillement pour m'habituer aux conditions. Mais là, pas le choix. Un terrain valonné, entrecoupé de petits ergs a été choisi d'entrée.

D'une manière générale, Patrick Bauer promet un combiné de paysages exceptionnels et de difficultés. «J’aime créer de la diversité, que chaque jour soit différent. Au menu, montagnes, djebels, oasis, et du sable.» Dès l'étape 2, place aux djebels avec des pentes de 10 à 25%. Mais des vues panoramiques exceptionnelles pour avaler ça. Puis, deux nouveaux passages de djebels sur la troisième étape avec deux lacs asséchés et "beaucoup de sable", promet l'organisation.

Le quatrième jour, on repart pour 13km de dunes et 30km de terrains sablonneux. Rien que ça. Enfin, l'étape finale est un marathon avec ergs, regs, lacs asséchés et lits d'oued. Rude, n'est ce pas? Rien qu'en voyant le plan des étapes, j'ai les jambes en compote. A bientôt...

18:31 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0)

09/02/2013

Sac à dos, comment faire le bon choix

 P1040712.JPG

Quitte à se transformer pendant une semaine en escargot, avec à peu près toute notre vie sur le dos, autant bien choisir notre coquille. En l'occurence le sac à dos. En tant que novice et n'ayant aucune expérience d'ultra trail, je me suis donc tourné vers un pro. Benoît Laval est un coureur habitué du marathon des Sables, mais aussi le fondateur de Raidlight, une marque référence dans le milieu. Il m'a donc présenté le sac à dos Pack Olmo désert qui m'accompagnera pendant toute l'épreuve.

En réalité, l’histoire de ce sac remonte à 99, à la création de la marque Raidlight. Les concepteurs ont d'abord tavaillé avec Mohamad Ahansal, une figure de la course longue distance, pour mettre au point un premier sac. Une version améliorée est élaborée avec le sac «Evolution». Puis le sac Olmo, la troisième version, élaborée sur les conseils du phénomène italien. Et enfin, le dernier sac de la gamme, qui combine le meilleur des versions 1 et 2 du sac Equilibre R-light, avec le meilleur des sacs Olmo.

P1040751.JPG

Le premier critère de choix, c’est évidemment le poids. Il faut un sac léger puisqu’on le porte pendant six jours. Et en autosuffisance, les grammes s’accumulent très vite à l’intérieur. Ensuite, il doit être confortable avec des bretelles ergonomiques. Et avoir une conception qui permette de bien compresserles choses. Sur ce sac, les systèmes de serrages sont présents partout. Au fil des kilomètres, ils devraient éviter les petits frottements problématiques.

Il faut ensuite équilibrer le poids entre l'avant et l'arrière. D’où le compartiment avant et le port astucieux de bidons sur les bretelles. Il y a aussi un fourreau pour glisser une bouteille d’eau à l'avant. C'est le petit plus de ce sac pour ceux qui préfèrent se passer de bidons.

P1040757.JPG

07:11 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0)

02/02/2013

Comment préparer au mieux ses pieds

 P1040766.JPG

C'est à deux mois du départ de la course que je vous propose ce focus sur les pieds. A vrai dire, je n'ai pas grand chose d'autre à faire puisqu'une élongation de l'ischio-jambier droit m'empêche de courir pendant trois semaines. Bon, je n'ai aucun intérêt à m'affoler, ça n'accélèrera pas la guérison. Je dois juste me résoudre à courir encore plus lentement que prévu. Mais bon, je ne suis pas à 10h près.

Du coup, après consultation de Pierre Lapègue, un podologue spécialisé dans la course, je sais maintenant comment préparer mes panards à la châleur, les frottements, les ampoules, les cors, voire l'amputation. Evidemment, avant la course, il est conseillé de faire un bilan podologique. Mais on ne fait pas des semelles pour une course comme cellle-là deux mois avant.

Avant toute chose, il est recommandé de savoir soigner une ampoule. Dans la trousse, il faut une ou deux petites aiguilles stériles, des pansements. J'entends partout qu'il appliquer sur le pied de la crème Nok. «Ouais le problème, c’est que c’est un vieux truc, me répond le podologue. Le principe c’est d’hydrater pour avoir une élasticité de peau qui peut-être vous évitera les ampoules. Après pour des courses de l’extrême, on tanne. Avant c’était avec du citron ou de l’acide citrique. Mais maintenant il existe des crèmes tannantes ou des crèmes anti-ampoules que l’on met quelques semaines avant le marathon. Pas besoin d’une longue préparation avant parce qu’il y a du silicone dedans. Ça se trouve en pharmacie.»

Côté chaussures, il faut avoir courru trois, quatre mois avant et avoir fait pas mal de sorties avec. Pour ma part, ce sera au mieux un mois et demi de course puisque je les ai reçues avant de me blesser. La poisse. Il faut prévoir au moins deux pointures de plus que sur des chaussures de trail ordinaires. Car le pied va gonfler pendant la course. Il ne faut absolument pas de points de frottements. Je partirai avec ces Asics Gel Fudji Trabuco, des chaussures qui ont fait leur preuves en terme d'amorti, de stabilité et de résistance. Pour le désert comme pour les terrains légèrement rocailleux, ce sera parfait.

P1040764.JPG

17:42 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu