Avertir le modérateur

11/04/2013

Etape 4: La course, c'est le pied

Etape3_V_HD_60 copie.jpg

Plus qu'un marathon et c'est fini. Je n'aurais jamais imaginé écrire une phrase aussi absurde un jour. Je connais la difficulté de courir 42km, même en randonnée, mais après une étape de 76 bornes, bouclée de nuit en 14h, un marathon ne fait plus peur à grand monde.

L'étape longue était bien l'Everest de ce Marathon des Sables, avec des cordons de dunes à n'en plus finir, un thermomètre montant à 49 degrés et une fin d'étape à la lampe frontale sur un terrain caillouteux. Dingue, mais inoubliable, comme ce coucher de soleil au milieu des dunes.

Etape4_V_BDenvoi2_48.jpg

Mes pieds s'en souviendront aussi longtemps. Avec la bonne douzaine d'ampoules que j'ai aujourd'hui je pourrais éclairer tout le bivouac. Je passe chaque soir une heure sous la tente médicale. Le dernier médecin qui m'a soigné a même pris en photo mes pieds, «parce qu'il n'avait pas encore fait de huit sur dix» en bandage d'orteils. C'est le grand mal qui touche tous les coureurs ici.

Beaucoup abandonnent quand la douleur est accompagnée d'une infection ou d'une plaie trop importante. Par chance, mes pieds ne sont pas infectés et le seul risque que je cours pour l'instant est la souffrance. Du coup, elle m'accompagne tout au long de la journée. J'essaye de l'apprivoiser, avec quatre à cinq Doliprane par jour.

Etape4_V_BDenvoi2_26.jpg

Une fois lancé, je m'interdis d'enlever mes chaussures car je serais incapable de les renfiler. En course, les pieds gonflent beaucoup (malgré deux pointures en plus) et après quatre ou cinq heures d'effort, les brûlures sont telles qu'on ne les ressent plus.

Oui, c'est très étrange, mais on est anesthésié. Quelque part, ces ampoules m'ont aussi forcé à ralentir par moments et inconsciemment, à m'économiser. Quand on est focalisé sur une douleur ciblée, on oublie toutes les autres. Qui sait si pour l'instant ce n'est pas ce qui m'a sauvé?

19:53 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

ouai ! encore une étape franchie !
bravo, bon courage pour le suite pour toi et tes petons !^^

Écrit par : Hirondelle | 11/04/2013

Bonjour ou bonsoir,

Je n'ai qu'un mot à dire : Bravo !!!!
J'ai couru le marathon de Paris ce dimanche en terminant moi aussi avec quelques ampoules...et maintenant j'avoue j'ai un peu honte de m'être plaint quand je lis ce dernier commentaire, je ne suis vraiment qu'un petit joueur !

J'imagine aisément la difficulté à enfiler ses chaussures le matin, retrouver la motivation, conserver les bon appuis en course sans (trop) se faire mal, pas simple à gérer tout ça, un mental à toute épreuve : "Penser positif. penser positif, j'ai pas mal, non j'ai pas mal".

Je reste vraiment admiratif (mais aussi un peu circonspect car il faut quand un même être un peu frapadingue ou un peu maso ou les 2) des personnes réalisant cette performance dans des conditions climatiques exceptionnelles et des paysages qui le sont aussi très certainement.

Plus que 42 km et 195 petits mètres et l'exploit sera réalisé
Vous le tenez votre marathon des sables, la fatigue, les douleurs...c'est rien,le plus dur est fait...enfin je crois.

Excellente continuation à tous !!!

Écrit par : MERCIER | 11/04/2013

respect respect et respect !

Écrit par : françois | 12/04/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu