Avertir le modérateur

23/01/2013

Terrorisme: «Aucune chance que la course soit annulée» selon Patrick Bauer

DRAYMDS2012-04-12-0023.jpg

Un conflit au Mali, des otages en Algérie, mais pas vraiment d'inquiétudes pour les organisateurs du Marathon des sables. Patrick Bauer promet que la course se déroulera comme prévue du 5 au 15 avril et ne subira pas le même sort que le Dakar en 2008, annulé à la dernière minutes en raison de la menace terroriste...

L’agitation au Mali et en Algérie vous inquiète-elle à un peu plus de deux mois du départ?

Non, c’est un pays complice, une terre d’accueil, d’hospitalité, de tolérance, de respect des différences depuis que j’y suis. Ça fait 28 ans. On n’a jamais eu un seul problème de sécurité au Maroc. Mais jamais! Malgré les deux guerres du Golfe, le printemps arabe, l’agitation en Mauritanie. Au Maroc, on est les rois de la sérénité. Aucun stress. Il faut dire que notre événement fait partie de l’histoire du pays. Il est placé sous le haut patronage de sa Majesté le roi depuis deux décennies. On bénéficie du soutien des forces armées royales, de la gendarmerie royale. De la complicité de tous les gouverneurs des provinces. Le Maroc ne fait pas partie des zones à risques. Que les concurrents le sachent bien. Ce sera une course parfaite du 5 au 15 avril. En toute sérénité.

Il n’y a donc aucun risque que le MDS soit reporté ou annulé?

Non, bien sûr que non. Aucun. Nous, on est quand même 1.400 personnes. On a un bivouac surveillé jour et nuit par nos équipes. On a une cinquantaines d’hommes de troupes que sa Majesté met à notre disposition. La gendarmerie royale est avec nous sur le bivouac. Et les forces armées royales surveillent les frontères. Peut-être encore plus pendant l’événement. C’est le branle-bas le combat sur les routes, dans les hôtels, sur les bivouacs. On ne peut rien prendre à la légère.

Etes vous quand même en relation avec le Quai d’Orsay?

Non parce que le Maroc ne fait pas partie des pays à risque à l’instar du Mali, de la Mauritanie. Ils ne considèrent pas le Maroc comme une zone à problèmes. Bien sûr, il faut être vigilent sur les mouvements de foules, la vigilance est permanente. Et s’il y a des intérêts français visés, on a plutôt intérêt à faire attention quand on se balade dans nos artères parisiennes.

01/11/2012

L'entraînement d'un crack: «Jusqu'à 200km par semaine»

DRAYMDS2012-04-12-9896.jpg

A grand kilométrage, grande préparation. Courir 250 bornes dans le désert, c'est d'abord trimer chez soi les soirs d'hiver dans un parc après le boulot. Enchaîner les footings sur tapis roulant pour éviter la pluie et s'offrir quelques escapades en forêt après une demi-heure de vélib dans Paris, comme c'est mon cas. En huit participations, Lionel Eveno a toujours terminé dans le top 20 de la course. 7e et meilleur européen en 2006, il nous dévoile son plan d'entraînement sur les dix dernières semaines. Je vous rassure, ce dingo des ultras marathons qui peut courir jusqu'à 200km par semaine n'est pas comme tout le monde. Je calquerai donc mon programme sur le sien pour tenter de finir ce marathon. En divisant toutes les données par deux ou par trois...

«Pendant ma préparation, je monte crescendo en km. Je vais jusqu’à 200 bornes par semaine en période de pointe. Mais ça peut être moins, ça dépend des ambitions de chacun. Il faut allonger la sauce petit à petit au niveau des km. Pour moi, il faut au moins 100km. Plus on s’entraîne, moins on souffre pendant l’épreuve. Je travaille à la ville de Saint Malo et à 17h30 je peux aller m’entraîner. Sinon, il faut faire des entraînements avec sac à dos. Au moins une fois par semaine, avec trois quatre kilos. Pas plus pour éviter les blessures.

Je m’entraîne six jours sur sept. En une heure je fais 14km. Je fais des sorties de 42km le dimanche autour de 3h. Et un peu de fractionné sur des petites bosses. Je fais des chemins de ronde. Dans les bois c’est pas mal si on habite à Paris, histoire d‘avoir une agilité au niveau des pieds, c’est bien. Je ne fais pas d’entraînement spécifique sur le sable. Pour moi, ça ne sert à rien. D’autres le font peut-être.

Dans les courses préparatoires, je cours quelques trails de préférence. L’année dernière, trois semaines avant j’ai fait un 42 bornes en trail. Il y en a de plus courts aussi. Pour la préparation physique, je fais ça au feeling. J’essaie de monter crescendo même si je ne pars pas de zéro puisque je cours tout le temps. Pour quelqu’un qui ne court pas, il faut s’y prendre au moins 5 mois à l’avance en courant tranquille au début pour améliorer son endurance. Musculairement, ça permet de s’habituer. Faire un peu de gainage est pas mal aussi. Je n’en fais pas trop car de ce côté-là je suis fainéant. Je ne suis pas un exemple. Je pars aussi m’entraîner sans boire ni manger pendant trois heures. Sauf un café sans sucre. Je n’ai pas faim. Mais pour tout le monde, je conseille un camel back et quelques tubes énergétiques. On ne sais jamais.»

A titre indicatif, voici son programme sur les trois derniers mois. A consommer avec modération quand on est un coureur du dimanche.

course à pied,marathon des sables,lionel eveno,course,mds,maroc,ultra-trail

course à pied,marathon des sables,lionel eveno,course,mds,maroc,ultra-trail

course à pied,marathon des sables,lionel eveno,course,mds,maroc,ultra-trail

course à pied,marathon des sables,lionel eveno,course,mds,maroc,ultra-trail

course à pied,marathon des sables,lionel eveno,course,mds,maroc,ultra-trail

course à pied,marathon des sables,lionel eveno,course,mds,maroc,ultra-trail

course à pied,marathon des sables,lionel eveno,course,mds,maroc,ultra-trail

course à pied,marathon des sables,lionel eveno,course,mds,maroc,ultra-trail


 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu